Le lavoir

publié le : mercredi 6 janvier 2021 , par Michèle




Un lavoir

À l’origine, le lavoir est une pierre plate ou une simple planche posée au bord d’un cours d’eau, d’une mare ou d’une source, sans abri. La pollution due à la révolution industrielle, les épidémies puis l’hygiénisme entraînent le développement de constructions spécifiques à la fin du XVIIIe siècle qui voit les communes se munir de bassins situés au bas d’une prairie, en contrebas d’une source ou d’une fontaine, en bordure d’un ruisseau, d’un canal, d’une rivière ou d’un fleuve où peut être amarré un bateau-lavoir [1]

En France, les épidémies de choléra, de variole et de typhoïde incitent le Parlement à voter la loi du 3 février 1851 qui accorde un crédit spécial pour subventionner à hauteur de 30 % la construction des lavoirs couverts et prévoit que « c’est au lavoir commun que la laveuse trouvera une distribution commode d’eau chaude et d’eau froide, des appareils de séchage qui lui permettent une économie de temps, et qui lui évite d’effectuer (le blanchissage) dans l’habitation ». Les travaux étant mis en adjudication sur rabais à la chandelle expliquent chez les entrepreneurs une certaine similitude de conception et de matériaux.

Le lavoir reste en usage jusqu’au milieu du XXe siècle dans les villes où soit l’eau n’est pas polluée soit il n’existe pas de blanchisseries, mais leur utilisation est progressivement abandonnée au cours de ce siècle. Malgré la résistance au progrès des lavandières, le lavoir est remplacé par les lessiveuses, les lavoirs mécaniques, les machines à laver vers 1950 puis les laveries automatiques4. Il subsiste toutefois de nombreux témoignages de ces sites pittoresques aux styles architecturaux d’une grande variété selon les régions et périodes historiques.

Un autre lavoir

La fréquentation des lavoirs était exclusivement féminine (elles pouvaient toutefois y emmener leurs enfants quand elles n’avaient personne pour les surveiller), les règlements de la police du lavoir punissant le contrevenant. Certaines femmes s’y rendaient à titre personnel tandis que d’autres y exerçaient les métiers de lavandières, laveuses ou blanchisseuses.

Le lavoir de Vimarcé


[1Source Wikipédia

Nos Partenaires


Mairie de Vimarcé Générations Mouvement